LE BAPTEME

Vous demandez le Baptême pour votre enfant.

L’Eglise est heureuse de l’accueillir

 

Vous avez pris la décision de faire baptiser votre enfant. L’Eglise accueille cette demande avec joie et y prend sa part, tout particulièrement pour que la préparation de ce sacrement par lequel votre enfant deviendra chrétien vous permette de prendre conscience du trésor que représente le sacrement du baptême. Cette préparation vous permettra de pouvoir l’accompagner dans ses premiers pas à la découverte de la foi chrétienne.

La préparation au baptême comportera une rencontre avec des animateurs et d’autres familles qui demandent un baptême. Vous approfondirez le sens du baptême. Puis vous rencontrerez le prêtre ou le diacre qui célébrera le sacrement, afin de préparer la cérémonie elle-même.

La cérémonie

 

 

La cérémonie marquera le moment où, par le sacrement, votre enfant deviendra enfant de Dieu, membre de l’Eglise. Renaissant de l’eau et de l’Esprit-Saint, il recevra en lui la vie nouvelle d’enfant de Dieu, sera affranchi du péché originel et rendu capable de se tourner vers Dieu dans les moments heureux comme dans les épreuves de son existence.

 

Cette cérémonie pourra être présidée par un prêtre ou par un diacre. Ils sont les ministres habituels du sacrement de baptême. Témoins d’une vocation spéciale au sein de l’Eglise, ils rappellent également que tous les baptisés sont appelés à travailler à la Mission de l’Eglise puisque le baptême les constitue :

 

  • prêtres, pour offrir leur vie quotidienne, leurs efforts, leurs joies et leurs peines à Dieu ;

  • prophètes, pour annoncer à leur tour la foi qui leur a été transmise ;

  • rois, pour se mettre au service du monde, à l’image du Christ, Roi et serviteur.

 

C’est la vocation baptismale commune !

 

Le parrain, la marraine

 

Le choix du parrain et/ou de la marraine devra être fait en tenant compte de sa foi et de sa vie chrétienne. Un(e) non baptisé(e) ne peut être parrain ou marraine, mais témoin. Le parrain et/ou la marraine doit avoir seize ans accomplis et être baptisé(e) au sein de l’Eglise catholique.

DE L’ECONOMIE DE LA PAROISSE

 

Contrairement à certaines idées reçues, l’économie de l’Eglise de France est loin d’être florissante et les revenus des paroisses, bien souvent, très aléatoires. Quand les paroisses veulent prendre quelques initiatives, elles ne peuvent donc compter souvent que sur la générosité des fidèles, de donateurs réguliers ou occasionnels.

L’économie de l’Eglise est souvent mal perçue ou mal comprise par le grand public. Les gens ont souvent de fausses impressions. Il leur semble que tout vient d’en haut. Il suffit de demander à la banque du Vatican pour obtenir l’aide nécessaire et substantielle pour la vie des communautés religieuses ou paroissiales. Voilà encore plus fréquemment ce que l’on entend : l’Eglise est riche ! Remettons les choses à leur juste place ! Il y a ce qui paraît… et la réalité ! C’est en fait, bien plus compliqué que cela. L’économie de l’Eglise de France est loin d’être florissante. Elle ressemble à un vaste réseau d’entraide, de solidarité et de partage qui a du mal à joindre les deux bouts. Elle voudrait bien pouvoir faire plus, mais elle est limitée dans son action, à commencer dans sa pastorale de proximité. C’est de la poche de ses fidèles que sort l’argent qui lui permet de vivre. Il n’y a aucune aide directe de l’Etat ni du Vatican.

Les charges paroissiales

Quelles sont donc les charges qui incombent à nos paroisses ? Une grande partie du traitement de leur prêtre, l’entretien des bâtiments qui leur appartiennent ainsi que la mise aux normes-parfois le presbytère (c’est notre cas) et les salles paroissiales-, les frais de secrétariat, les installations de confort des églises (chauffage et sonorisation), tous les petits matériels pour la liturgie (mobiliers, objets et consommables), la catéchèse au sens large et le journal des paroisses pour permettre de faire connaître le message de l’Evangile, sans oublier la contribution qu’elle reverse pour la vie du diocèse et de l’Eglise universelle. Les aides que peuvent nous apporter les communes sont donc très précieuses et très appréciées, d’autant plus que nous avons partie liée avec elles. Elles sont propriétaires des bâtiments églises, et nous sommes affectataires de ces lieux. Si les paroisses veulent prendre quelques initiatives pastorales, tout cela est encore bien insuffisant. Evidemment, tout à un coût. Les paroisses ne peuvent donc compter que sur la générosité de donateurs réguliers ou occasionnels.

L’importance des offrandes

Les actes de l’Eglise sont gratuits. L’Eglise ne fait pas payer sa prière, ni les sacrements-car ce dont des dons que Dieu nous fait gratuitement. Mais l’Eglise propose aux personnes qui sont demandeurs, ou qui participent aux célébrations, d’assurer sa subsistance. Les revenus des paroisses dont d’ordre multiples et bien souvent très aléatoires. Ils offrent une véritable indépendance, une liberté d’action et de parole à l’Eglise. Il y a les offrandes de messe liée à la mémoire d’un défunt, les quêtes lors de toutes célébrations, les casuels de baptêmes, mariages et obsèques, les enveloppes pour le denier de l’Eglise ou les chantiers diocésains une fois l’an, les dons reversés au Secours catholique ou au Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) entre autres œuvres caritatives, et enfin les dons que tout à chacun peut faire librement. L’essentiel de ses revenus provient donc des quêtes et des casuels. C’est-à-dire des dons faits à la paroisse par les personnes demandant un baptême, un mariage ou une célébration d’obsèques. Dans le diocèse de Reims, la coutume qui tente à se généraliser est de proposer à titre indicatif par casuel une fourchette calculée à partir des dons moyens et de l’augmentation du coût de la vie. Il est donc normal et juste que votre offrande puisse contribuer aux charges de la paroisse et lui permettre de vivre décemment. Il n’y a pas de tarif paroissial, ni de facture. Chacun est libre de faire une offrande selon ses possibilités. Pour les fourchettes indiquées, les uns trouveront que c’est beaucoup : ils donneront moins ; les autres trouveront que c’est peu : ils donneront davantage. En tout état de cause, que ceux qui le peuvent donnent plus pour permettre à l’Eglise d’accueillir ceux qui donnent moins.

Nous vous proposons, une fourchette comprise entre 70 € et 150 €

de préférence par chèque

à l’ordre de la paroisse où aura lieu le baptême.

 

« Que ceux qui le peuvent donnent plus

pour permettre à l’Eglise d’accueillir ceux qui donnent moins »

Merci pour votre générosité !

Père Cyril GOGLIN

Paroisse Les Sources Vives de la

Montagne

Champfleury, Chigny, Ludes, Montbré, Riily-la-Montagne, Ville-en-Selve, Villers-Allerand, Villers-aux-Noeuds

 

Presbytère

7 rue Carnot - 51500 RILLY-LA-MONTAGNE

Tél.  03 26 03 41 30

montagnevaldor@gmail.com

Paroisse de La Vesle

Prônes, Prunay, Puisieulx, Sept-Saulx, Sillery, Val-de-Vesle.

 

Maison Paroissiale de VAL DE VESLE

8 rue Jacqueminet  -  51360 VAL DE VESLE

Tél.  03 26 03 90 25

montagnevaldor@gmail.com

Paroisse Saint Basle

Beaumont-sur-Vesle, Billy-le-Grand, Les Petite-Loges, Mailly-Champagne, Trépail, Vaudemange, Verzenay, Verzy, Villers-Marmery

 

Presbytère de VERZY

11 rue Gambetta  -  51380 VERZY

Tél.  03 26 97 95 55

montagnevaldor@gmail.com

Paroisse Notre-Dame du Chêne

Dizy, Cumières, Hautvillers, Champillon,

Saint Imoges, Germaine, Nanteuil La Forêt.

 

Maison Paroissiale de Dizy

34 rue Moque Bouteille  -  51530 DIZY

paroissesmontagnesud@gmail.com

Paroisse La Grappe et l’Epi

Bisseuil, Tours sur Marne, Bouzy, Ambonnay, Tauxières, Louvois.

 

Presbytère

18 rue Villebois Mareuil – 51150 BOUZY

paroissesmontagnesud@gmail.com

Paroisse Saint Vincent du Val d’Or

Ay, Mareuil sur Ay, Mutigny, Avenay Val d’Or,

Fontaine sur Ay.

 

Presbytère d’Ay

18 Rue Marcel Mailly  -  51160 AY

Tél.  03 26 55 20 42

paroissesmontagnesud@gmail.com

Pour demander un certificat de baptême

veuillez contacter la paroisse du lieu du baptême

La Parole de Dieu (Romains 6, 4)

« Par le baptême dans la mort du Christ, nous avons été ensevelis avec lui,

afin que, comme le Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père,

nous menions nous aussi une vie nouvelle. »

EQUIPE PASTORALE MONTAGNE VAL D'OR  - 11 RUE GAMBETTA 51380 VERZY

DENIER DE L'EGLISE

© 01-2020 Espace Missionnaire Montagne Val d'Or. Mentions légales.